Votez maintenant pour un des nominés!

picture

Les membres de Stop the Killings ont nominé par catégorie quatre individus, organisations ou autorités qui se sont positivement ou négativement distinguées dans le domaine des droits de l’homme. A vous de décider qui se verra attribuer les prix le 10 Décembre.

Dans la catégorie 'Human Rights Defender' de l’année:

Ello mobile (Belgique) : des appels pour la bonne cause

Un fournisseur télécom qui s’adresse aux clients de la téléphonie mobile au travers d' un engagement social. Le profit entier d’Ello mobile est octroyé à des projets sociaux et à but non lucratif. Ces projets sont sélectionnés par Ello Mobile même et par un groupe d'experts nommé par la Fondation Roi Baudouin. Les clients ont alors la possibilité de déterminer à quels projets le bénéfice est versé. Un de ces projets est le travail dans le domaine des droits de l'homme réalisé par l’organisation de femmes philippine Gabriela.

NUPL (Philippines) : des avocats progressistes

Les avocats qui s’impliquent bénévolement pour la défense, la protection et la promotion des droits de l'homme aux  Philippines. La libération des  'Morong 43', des travailleurs de la santé qui ont été  accusés à tord d'être des terroristes, est grâce à eux. Il y a quelques mois, un éminent général d’armée a gratifié les avocats du titre 'ennemis de l'Etat', après qu'ils aient critiqué la promotion de l' un de ses collègues.

Yolanda Oquelí Veliz (Guatemala): activiste menacé

 'Tant que je respire, je continuerai à m'opposer aux activités minières qui détruisent notre environnement et qui polluent notre eau potable.' Mots courageux et clairs de Yolanda Oquelí Veliz, la leader guatémaltèque de la résistance non-violente contre la mine 'Tambor' dans sa ville natale de San Jose del Golfo, située à une heure de la capitale Guatemala City. Depuis Mars 2012, ils essaient de bloquer presqu'en permanence l'entrée de la mine. Le 13 Juin 2012 Yolanda a survécu comme par magie à une tentative d'assassinat. Cela s'est passé en plein jour par deux hommes en moto.

Le mouvement populaire (Colombie): mobilisation pour la paix

En avril, 1 185 000 de Colombiens ont manifesté dans les rues de Bogotá pour la paix et une solution politique au conflit armé qui dure depuis 65 ans. Les pourparlers de paix entre les FARC et le gouvernement colombien ont commencé à la fin de l'année dernière. Depuis le début, la population organise des mobilisations et des forums pour faire entendre sa voix et pour participer d'une manière ou d'une autre à ces négociations. Leur contribution est très importante et fait pression sur les négociateurs des pourparlers de paix.
 

Dans la catégorie ‘Human Rights Violator’ de l’année:

Le gouvernement Santos (Colombie): criminalisation de la protestation sociale

Les autorités colombiennes sont responsables de la répression brutale de la protestation populaire contre les accords de libre-échange avec les États- Unis et l'Union européenne. Ces derniers mois, des centaines de dirigeants syndicaux et des dirigeants d'organisations sociales ont été arrêtés en raison de leur rôle dans les protestations. Un de ces dirigeants est Huber Ballesteros, le vice-président du syndicat colombien Fensuagro. Le gouvernement colombien a ainsi confirmé son image douteuse dans le domaine des droits de l’homme.

Guy Ledoux (Union européenne) : pas en notre nom! - Cette nomination a été annulée au vu des nouvelles informations

Mr. Guy Ledoux, ambassadeur de l'UE aux Philippines, a été nominné dans cette catégorie sur base d'articles parus dans les médias philippins relatifs à une conférence de presse au cours de laquelle il aurait félicité le gouvernement philippin pour sa politique en matière de droits l'Homme. Ce 2 décembre, Mr Ledoux nous a informé que ces soit-disant expressions de satisfaction et de félicitations étaient des citations erronées de ces 2 médias: "J'ai pris note de la diminution progressive de la fréquence de ces crimes odieux comparé à la situation qui existait sous l'administration précédente. Bien que cela soit encourageant, j'ai signalé durant cette conférence de presse que le manque de condamnation des auteurs reste la préoccupation importante pour l'Union Européenne. Chaque meurtre est de un meurtre de trop, et aussi longtemps que l'impunité prévaudra, ces crimes continueront à être perpétrés et l'injustice continuera à exister, non seulement pour les victimes mais également pour leur famille et pour le peuple philippin tout entier." Il nous assure que, comme l'a rapporté d'autres médias, il a constamment exprimé ses inquiétudes relatives à la violation des droits humains aux Philippines.

Sagittarius Mines (Australie / Suisse) : nocif pour les humains et l'environnement

Sagittarius Mines est une multinationale minière  fortement controversée. Ses activités aux Philippines sont destructrices pour l'environnement et menacent les communautés locales. Ils sont associés à une présence militaire accrue et aux violations des droits de l’homme. Depuis 2010, il y a déjà eu3419 victimes . En Décembre, ça fera un an que la famille de l’activiste Daguil Capion a été tuée. Aucun des accusés a été reconnu coupable. Le massacre a été qualifié d’opération légitime' par l'armée.

Billy Fernando Joya Amendola (Honduras): un tueur sur une liste électorale

Billy Joya est une figure notoire du Honduras des années 80. Il faisait alors partie du terrifiantescadron de la mort  'Batallon 3-16' et jugé responsable d'au moins 16 opérations impliquant plusieurs dizaines de morts. 29 ans après la fin officielle du Batallon 3-16 Billy Joya est candidat pour le poste de  député pour le Parti national dirigé par Juan Orlando Hernandez et est également  candidat à la présidence pour les élections du 24 Novembre 2013. Un affront pour les  droits de l'homme au Honduras et un exemple qui montre bien que  dans ce pays tout est possible.



Jusqu'à décembre, vous pouvez choisir votre 'Human Rights Defender' et 'Human Rights Violator' de l'année. Tout le monde qui vote est automatiquement invité à la cérémonie officielle, qui aura lieu le 10 décembre, à 19h, au GC De Markten à Bruxelles. On se donne rendez-vous pour une action symbolique, déjà à 18h, à la Gare Centrale à Bruxelles.

 N'hésitez pas à forwarder cet appel par email ou à le partager via Facebook.

Fichier attachéTaille
Icône image Bulletin de vote Human Rights Awards FR.jpg2.7 Mo