200 personnes disent non au traité de libre-échange entre l’Union européenne et la Colombie et le Pérou

picture

Bruxelles, le 10 décembre 2011 - 200 personnes se sont rassemblées à la Place Blyckaerts ce 10 décembre, journée internationale des droits de l'homme, à l'initiative de la plate-forme Stop the Killings dont font parti 49 organisations. Ceci pour montrer leur profonde préoccupation en ce qui concerne l'accord de libre-échange entre l’Union européenne, la Colombie et le Pérou.

Une mise en scène a parcouru le trajet dès la Place Blyckaerts jusqu'à la Place Luxembourg montrant les impacts de ce traité de libre-échange.

L'action symbolique s'est terminée à la Place Luxembourg, où les manifestants ont été accueillis par Mr. Marc Tarabella, député du Parti Socialiste au sein du Parlement Européen. Dans son intervention il s'est montré solidaire avec les organisations de la plate-forme et leurs revendications. Faisant parti de la Commission Agriculture et Ruralité il admet que un accord tel qu'il est présenté nuit la souveraineté alimentaire des pays concernés. En plus il reconnait la grave situation en matière des droits humains en Colombie. Il appelle les participants à interpeller les parlementaires de chaque pays membre de l'Europe et à De Gucht de ne pas ratifier cet accord.

"Les accords de libre-échange font augmenter les inégalités sociales car ils s'attaquent aux droits sociaux. Dans un tel contexte, le nombre de meurtres, de disparitions et d’intimidations ne risque pas de diminuer mais d'augmenter", témoignent les invités des Philippines, de la Colombie et du Guatemala. Ceux qui s'opposent à l'injustice sociale en deviennent les victimes : syndicalistes, militants, journalistes et avocats.

Les invités ont remercié les organisations présentes pour leur solidarité. Ils font appel à tout les parlementaires belges de établir des relations commerciales au sein desquelles une politique de développement durable, le travail décent et les droits de l’homme, ainsi que le commerce équitable soient les piliers des accords. Pourtant cet accord ne peut pas être ratifié car il ne correspond pas à ces principes.